Communiqué de presse du 17 novembre

Le président François Hollande se présente aujourd’hui à la préfecture du rhône, rue Dunoir à LYON et annonce une rencontre avec les fonctionnaires….

Nous, CGT territoriaux, département, métropole et CGt ville de Lyon,  Santé et  Action Sociale,  demandons à être reçus. A cette occasion nous  appelons à un rassemblement devant la préfecture à 16h !

Nous interpellons le chef de l’état, concernant  ses choix politiques : d’accentuer une politique de territorialisation des services de santé en ayant décrété, en début d’année 2016, la nouvelle loi santé dite Touraine qui n’est que la suite de la loi HTSP ou loi Bachelot mise en place par son prédécesseur Nicolas Sarkozy . En effet, nous déplorons que la dégradation et la déstructuration de l’hôpital public continue et soient encore poursuivis avec ces choix politiques économiques au détriment des besoins de santé de la population. La loi santé prévoit la mise en place de  130 GHT (Groupements Hospitaliers Territoriaux) qui vont se substituer à 850 établissements de santé publics préexistants et la suppression de 22000 postes ! De plus, le pacte de responsabilité prévoit 3 Milliards d’économie sur la masse salariale et les fonctionnements.

Sur le terrain , les personnels sont exsangues et souffrent de ne plus pouvoir soigner correctement et accompagner leurs patients dans le respect et la dignité . La CGT estime que la santé n’est pas une simple marchandise sur laquelle on peut  faire du profit mais doit rester un bien commun et une institution publique. Nous revendiquons un investissement vital au développement et à la pérennisation de notre système dans sa mission d’intérêt général public et qu’il est urgent, au contraire,  d’améliorer nos services de santé, en particulier, la prévention, les soins de suite, une prise en charge digne de nos personnes âgées et que l’offre de soins soit accessible à tous.

Austérité dans les collectivités du département du Rhône et Métropole de Lyon : pénurie de personnels dans les services , augmentation de la précarité, remise en cause des acquis sociaux , réorganisation de services dans les territoires sont des attaques qui mènent à mal les fonctionnaires de notre département. Nous constatons un nombre incalculables de démissions, de mutation, de suppressions d’emplois, des diminutions d’horaire concernant le temps de travail, de fermeture de services d’aides à domicile ………

les usagers sont les grands perdants de la casse du service public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.