Le scénario gentillet et les sous-titres (version 2 avec rectificatif)

Nous vous invitons à visionner l’enregistrement de l’émission de Médiapart du 4 avril 2018

(Lien : https://www.youtube.com/watch?v=FNH2Kvl2Ysg).

Nous y voyons et entendons le brillant directeur de notre CHS. Il se prévaut d’une mise en œuvre exemplaire et scientifique d’un plan de prévention des Risques Psycho-Sociaux. Chez lui, donc chez nous, tout va très bien madame la Marquise etc…

A cette légende idéale nous voulons adjoindre les sous-titres pour traduire le quotidien. Le  parler vrai c’est le début d’une vraie démarche RPS.  Regarder les choses en face, et pas seulement pour faire joli sur le CV ou amuser la galerie !

  1. Les résultats du dernier questionnaire RPS censé évaluer l’efficacité du plan de prévention n’ont toujours pas été communiqués. Ni aux instances (en particulier le CHSCT), ni au comité de suivi des RPS, ni au personnel. Rappelons que cette enquête qui a valu beaucoup de mails d’encouragement à participer et faire participer fin 2017. En comité restreint les cadres ont eu une première restitution bien peu encourageante : taux de participation effondré par rapport à l’enquête de 2013. On passerait de 560 réponses à environ 200, nombreuses catégories socio-professionnelles dans le rouge. Nous demandons que des résultats précis soient communiqués à l’ensemble du personnel, au CHSCT, au Comité de Suivi des RPS. Nous exigeons qu’une analyse honnête en soit réalisée, et qu’il y ait enfin lieu à une véritable prise en compte de nos réflexions et propositions.
  2. Les difficultés récentes de la Formation Continue ont mis à jour bien des tensions et produit des mails douteux. Elles ont également été l’occasion de désaccords réels sur la charge de travail afférente à ce dispositif et donc au personnel nécessaire pour s’en acquitter. La Direction s’est bien entendu toujours refusé à entendre notre demande d’une augmentation de personnel. Pourtant nous nous réjouissons d’apprendre qu’une deuxième secrétaire est depuis peu mise à contribution. Un seul regret, la direction a oublié de communiquer pour prendre acte du fait que notre évaluation était plus réaliste que la sienne.
  3. Le CHSCT est de plus en plus tenu à l’écart de tout évènement d’importance ayant trait à la sécurité et aux conditions de travail dans notre établissement. Sa secrétaire (CFDT) ne s’en émeut pas plus que ça ? ! Un médecin sérieusement blessé lors d’un entretien. Pas d’information ni suivi CHSCT !
  4. Nous ne pouvons que déplorer aussi la disparition de l’Observatoire des situations de violence (OSV). Sans lui, c’est beaucoup plus simple de dire que tout va bien… Comment alors dans un système si bien organisé, millimétré, scientifique est-il possible de justifier le « sommeil » de cet outil indispensable à la bonne marche de notre établissement. Gageons que l’OSV sera rapidement réhabilité dans l’intérêt de tous.

Nous reviendrons sur tous ces points et ces questions dans les instances. Nous avons besoin de vous pour continuer de faire entendre votre réalité, vous défendre et mieux vous armer.

Avec les sous-titres le film est à la fois beaucoup plus réaliste mais franchement déplaisant à visionner, on est très loin du gentil « bonne nuit les petits ».

RECTIFICATIF

RECTIFICATIF apporter par la psychologue du travail du CH de St Cyr au Mt D’or : 

  • « Les résultats du dernier questionnaire RPS ont été présentés au comité de suivi des RPS du 15 mai 2017. Le compte rendu se trouve sur Blue Medi.
  • Le taux de participation est de 38 %. 303 personnes ont répondu (et non pas  environ 200 comme annoncé dans l’article). Ce taux de participation est très acceptable d’autant plus que l’échantillon ainsi constitué est représentatif de l’ensemble du personnel (répartition par pôle, intra/extra, catégories professionnelles, etc.). Ce qui donne, statistiquement, des résultats significatifs et scientifiquement valides ».

Les commentaires sont fermés.