L’occasion fera t’elle le larron ?

Cette petite phrase est sur de nombreuses lèvres depuis une quinzaine de jours.

L’unité Ariane, depuis sa fermeture « provisoire » du 14 septembre 2018 suite à un incendie, cristallise énormément d’inquiétudes.

On ne peut en effet s’empêcher d’imaginer quelques scénarios qui pourraient se mettre en œuvre à l’hôpital si cette situation devait perdurer voire s’avérer définitive.

Comment l’hôpital pourra t’il continuer d’assurer sa mission de service public avec 20 lits en moins ? Que deviendront les agents qui formaient cette équipe de soins ? Pour les nombreux contractuels, l’inquiétude est réelle.

Nous entendons déjà la direction nous rappeler que rien n’est fait, qu’il faut attendre le passage de la commission de sécurité. Que rien n’est décidé… ! ! !

Force est de constater que cette même direction n’a absolument pas été transparente avec les représentants du personnel au CHSCT du mardi 25 septembre : aucune information n’a été donnée quant aux décisions  prises la veille au directoire puis adressées à l’équipe d’Ariane par mail, 40 minutes à peine après la clôture du CHSCT. Il y est annoncé que le « fonctionnement dégradé va être maintenu pendant les 15 jours qui viennent ». Entendez par là, que le personnel d’Ariane sera affecté en renfort dans les différents pôles et qu’Ariane ne rouvrira pas tant que les conditions ne seront pas requises. Quelles conditions ? ?

Pourtant la disparition de 20 lits d’hospitalisation impacte nécessairement l’ensemble du personnel  et des patients de l’établissement.

La CGT :

  • Réaffirme son soutien à l’ensemble des agents de l’équipe pluridisciplinaire d’Ariane dans ce moment de forte tempête pour eux. Elle se tient évidemment à leur écoute et à leur disposition.
  • Demande à tous, dans cette période de forte tension sur les hospitalisations (hors secteur, moins 20 lits), de lui signaler tous les dysfonctionnements. Nous savons déjà que les lits couchettes ont été ouverts à de nombreuses reprises  engrainant des conditions d’accueil et de prises en charge dégradées… Quid aussi de la tension sur l’extra quand tous les services sont pleins et qu’il faut sans cesse différer les hospitalisations ; d’autant plus que l’institution ferme des dispositifs faute de médecin (ex : dispositif d’accueil de la crise à Gleizé) !
  • La CGT se tient prête à appeler à mobilisation si la situation devait perdurer ou s’avérer définitive. Elle rappelle qu’elle était contre la fermeture des 10 lits il y a 2 ans. Nous nous battrons pour maintenir cette unité et ses 22 lits d’hospitalisation nécessaires au bon fonctionnement de notre hôpital. Ce n’est pas aux patients, ni aux personnels de faire encore les frais de mesures économiques drastiques. L’ARS doit donner les moyens à St Cyr pour permettre la construction d’un bâtiment neuf et offrir des conditions d’hospitalisation dignes. En attendant, la direction doit trouver une solution temporaire. Nous nous opposerons à tout projet incluant la fermeture de lits.
  • Dans l’hypothèse d’une réouverture de l’unité Ariane au Roches 1er, nous exigeons qu’un office et un réfectoire soit créés à l’étage et que l’équipe soit accompagnée dans un travail de réflexion autour de l’absence de chambre d’isolement dans cette unité. Nous rappelons à la direction qu’il ne suffit pas d’inclure dans sa politique d’établissement la réduction des isolements et contentions… Pour atteindre cet objectif il faut donner aux équipes les moyens de fonctionner différemment ! Nous demandons que nos collègues puissent exercer leur mission dans des locaux adaptés à la prise en charge des patients.
  • La CGT n’est pas dupe. Le projet immobilier de reconstruction des roches est loin d’être abouti… les finances n’y sont pas. Les moins 300000 € de DAF (dotation annuelle de financement) ne vont pas arranger les finances de l’hôpital cette année… Où sera pris l’argent pour combler les trous : économie de personnel ? surfacturation des chambres ? fermeture de dispositifs ? d’unités ?…etc.…

L’occasion fera t’elle le larron ?

Nombre d’entre nous ne le souhaitent pas.

La CGT  luttera de toutes ses forces avec vous

pour maintenir un service public de qualité et maintenir les postes nécessaires..

 

La CGT, Saint Cyr, le 5 octobre 2018

 

Les commentaires sont fermés.