Parole, parole et parole… Conseil de Surveillance du 11/10/18

On pourrait se dire que l’on est heureux de savoir que l’établissement est encore à la pointe, du fait de signature avec le Maroc (HP AR-RAZI) ou bien que le CPT se dote d’outils pour assurer son fonctionnement et éventuellement notre avenir ou bien encore que nos débordons de projets (MAS sur TARARE , FAM avec le GRIM).

On pourrait, mais

Mais le compte n’y est pas, le cœur non plus.

Le  soin, la qualité des soins est en péril, les médecins manquent. Des zones ne sont pas ou peu couvertes. Nous partageons l’inquiétude de la nouvelle présidente de la CME.

Monsieur Macron à de grandes ambitions pour la santé et notamment la psychiatrie.  L’idée d’ici à 2022 serait que l’activité public/privé soit traitée sur le même pied d’égalité quant au financement. Celui-ci se ferait en lien avec l’activité et dotation modulée en rapport avec la population… OUI mais sur quels critères ? ? ?

A ce jour, L’ARS nous étrangle financièrement en supprimant des lignes budgétaires et organise à notre porte la privatisation du soin nettement plus lucrative avant que nous l’intégrions.

Sur Ariane l’heure est aux interrogations, demain 11/10/18 le directeur nous recevra « pour évoquer la situation actuelle et parler des perspectives ». Il est vrai que la situation actuelle a un impact conséquent sur le quotidien des patients et des personnels. « Quel projet accompagnera dignement la réouverture (ou pas) d’Ariane ? »

Nous regrettons de constater que le CHSCT n’est toujours pas présent  dans ces rencontres…

Espérons qu’il ne s’agit que d’un oubli, mais est-ce possible de l’oublier ?

La CGT c’est de nouveau positionnée contre la politique actuelle et demande l’augmentation de moyens afin que l’hôpital réponde à ses obligations de mission de service public.

Les commentaires sont fermés.