CHSCT du 29 mars 2016: Quelques commentaires de la CGT

Parmi les points évoqués lors du CHSCT du 29 mars nous reprenons :

Le rapport annuel d’activité du service de santé au travail

Le rapport annuel d’activité du service de santé au travail, dont l’importance est indiscutable au sein de notre établissement. Il fait apparaître une baisse importante des visites annuelles (173 visites en 2015 contre 256 en 2014) et ce malgré un travail soutenu du médecin et de l’infirmière. Trois paramètres pourraient contribuer à expliquer cette baisse importante : un mi-temps de secrétariat qui n’est pas remplacé depuis plusieurs mois et dont la disparition complexifie énormément l’organisation des visites, la difficulté de gestion des plannings dans les services qui contribue à déplacer, annuler des RDV, enfin le temps important passé en groupe de travail RPS qui a impacté l’activité de consultation du médecin du travail. A noter, que la souffrance au travail est un motif de plus en plus important de consultation (28 en 2015 contre 14 en 2014).

Commentaires CGT  :

  • Le flux tendu produit donc ses effets néfastes partout et la bonne volonté ne suffit pas. Encore une fois on vérifie que des moyens insuffisants en temps (de secrétaire, de professionnels dans les équipes, pour assurer les charges de travail supplémentaires en réunion et groupe de travail RPS) se paient par une baisse de l’activité directe auprès des personnels.
  • La mise en place du GHT pourrait à terme conduire à la délocalisation de la Médecine du Travail au CH. De Villefranche … Le directeur a en effet rappelé qu’un établissement de notre taille n’était pas tenu d’avoir à demeure un service de santé au travail.
  • La loi Santé apporte, quant à elle des restrictions supplémentaires à l’activité de Médecine du Travail (visite tous les 2 ans, modification à la baisse du régime des visites pré-reprises…)
  • On constate aujourd’hui avec satisfaction la mise à la vacance d’un poste d’assistant de service de santé au travail à 50%

Représentation médicale au CHSCT

Un représentant médical nommé par la CME doit faire partie de droit du CHSCT. Fréquemment, cette représentation n’est pas assurée.

Commentaire CGT :

L’absence de représentation médicale pose 2 questions :

  • Les médecins peuvent-ils être dispensés d’une connaissance de l’ensemble des difficultés rencontrées par les personnels sur les lieux de travail ?
  • Ces mêmes médecins, en tant que co-responsables ou initiateurs de l’organisation du travail dans les pôles, peuvent-ils s’abstenir d’une participation au CHSCT, à la fois en tant que force de propositions mais aussi en tant qu’informés précisément des effets produits par ces organisations ?

Nous demandons à ce que la représentativité médicale soit effective dans cette instance, comme ailleurs. La sécurité et la santé du personnel ne sont pas accessoires.

Visite du service La Boétie :

Encore une fois, sont mises en avant les difficultés rencontrées par les agents du fait d’un effectif insuffisant particulièrement la nuit ; ce qui implique des remplacements à assurer par l’équipe de jour et l’impossibilité pour cette dernière de bénéficier d’une trame de planning régulière.  Il a été invoqué par l’encadrement le caractère non obligatoire de ce type de remplacement.

Commentaire CGT :

La CGT a rappelé que les nuits ne pouvaient être à caractère obligatoire pour les agents de jour. Ces dernières n’étant pas prévues dans leur cycle de référence.

Cependant, les faits ne correspondent pas aux discours : dans la réalité, les agents sont mis devant l’obligation de changer de poste pour assurer les nuits non pourvues. Nous constatons, malheureusement, que cette problématique concerne l’ensemble des unités de soins intra-hospitalières.

En ce qui concerne le recours à du personnel intérimaire lorsque la charge de travail augmente démesurément, la CGT a également rappelé :

  • Que le sous-effectif chronique et les changements de poste ont des effets nocifs sur la qualité de vie au travail et la qualité de la prise en charge des patients.
  • La charge de travail n’est pas entièrement anticipable : entrées, sorties, ambiance générale du service,… cela ne se prévoit pas toujours!
  • Les personnels intérimaires ne sont souvent employés que lorsque l’équipe est déjà largement à saturation.

La CGT rappelle que ces mesures « rustines » sont tout à fait insuffisantes au quotidien et échouent à maintenir un travail de qualité en continu.

Portes coupe-feu aux Calades:

Commentaires CGT:

histoire sans fin. Voilà à peu près 1 an que nous demandons que ces dernières ne soient plus utilisées comme dans le cadre actuel où elles font office de porte d’entrées et de sorties. Toujours aucune réponse si ce n’est « il faut en parler avec la cadre supérieure ».

Rémunérations des référents RPS en Heures Supplémentaires :

Commentaires CGT:

La CGT est contre toute  rémunération en heures supplémentaires des référents RPS.

Par contre, nous avons rappelé que nous souhaitons qu’il soit procédé à une quantification précise du nombre d’heures fourni par tous les agents concernés par des missions transversales (groupe de travail, certification, instances, EPP, …etc.). En effet, ces heures ne sont jamais évaluées ni prises en compte dans la charge de travail globale de l’établissement.

Gageons que cela représente un certain nombre de temps plein.

 

http://ch-st-cyr69.reference-syndicale.fr/2016/04/commentaires-cgt-des-instances-chsct-pourquoi/

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *