Le monde tel qu’il devrait être et tel qu’il est.

On devrait pouvoir, après tout, s’autoriser des regards et des opinions différents, la diversité c’est aussi la vie, en s’accordant sur le fait que jamais l’expression ou l’exercice de ces divergences ne sera préjudiciable à autrui. Ou qu’au minimum on y sera très attentif.

On devrait pouvoir se dire que nos missions syndicales, au service du bien commun, n’ont pas à se renverser à notre propre service, ou à faire taire ce qui du désarroi collectif va contre ce que l’on a cru utile de défendre ou les alliances que l’on a nouées pour son propre bien.

On devrait penser que, au CHSCT par exemple, le Bien et la Cause Commune c’est la sécurité et la santé au travail et que tous les représentants du personnel, quelle que soit leur appartenance syndicale, CFDT – CGT – FO, sont mobilisés de concert avec la DIRECTION RESPONSABLE de la santé au travail pour cette lutte commune – parce que tous les jours des collègues soignants et non-soignants mettent leur santé dans la balance.

On devrait mais :

Dans le monde tel qu’il est on a une direction qui a ouvertement choisi le syndicat (CFDT) qui va dans son sens et avec la complicité de ce dernier, en soutient, l’élection à des postes clés, écartant ainsi soigneusement ceux qui (CGT – FO) restent un tant soit peu critiques et sceptiques quant au bien fondé des mesures prises. Ainsi de l’élection récente du secrétaire CFDT au CHSCT grâce « à la voix du président » (le directeur du CHS) après que le même président s’est adressé directement à la CFDT en demandant s’ils souhaitaient un vote « à bulletin secret ». Inutile de préciser que la CFDT a immédiatement obtempéré. Une première donc dans l’histoire de notre hôpital que cette stratégie politicienne du bulletin « secret ».

On a ensuite les plus grandes difficultés au sein du CHSCT à faire entendre et respecter une alerte posée auprès de la direction par des représentants CGT au CHSCT. (Ainsi de l’alerte du 13 Septembre pour l’UJA, équipe rencontrée le jour même de leur appel à l’aide)

On croit s’accorder avec le secrétaire (CFDT donc) du CHSCT pour rappeler la direction à ses obligations RAPIDES de suivi d’alerte et rien n’est fait (jusqu’à très récemment) sauf à intervenir nous-mêmes DIRECTEMENT auprès de la DRH qui maintient n’avoir eu aucun appel du secrétaire en question.

Par contre après le pourrissement organisé de ce signalement on lit avec stupéfaction que la CFDT a pris la mesure du problème et interpelle la direction… environ 15 jours après.

Ça c’est le monde, tel qu’il est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.