Retour sur journées d’études et de réflexions sur la prise en charge en psychiatrie organisées au vinatier par le collectif CGT régional de psychiatrie Rhône-Alpes

Les 16 et 17 mars se sont tenues au Vinatier deux journées CGT d’étude et de réflexion sur la prise en charge en psychiatrie.

Organisées par le collectif régional Rhône-Alpes CGT pour la psychiatrie, elles ont permis d’accueillir de nombreux participants aux échanges et débats, ainsi que le Comité national  de psychiatrie et le CE.

Elles avaient pour objectif de maintenir en étroite articulation :

  • Des témoignages et échanges autour des modalités et effets désastreux des restructurations actuelles, impactant maintenant sous leur rouleau compresseur les services de pédopsychiatrie, après avoir gravement endommagé les services dits « adultes » dans toutes les dimensions de l’intra-hospitalier comme de l’extra-hospitalier.
  • Des réflexions de fond, à la fois sur l’effet de ces diverses restructurations, et plus avant sur ce qu’elles révèlent d’un rapport profondément modifié, en particulier dans ses « dérives sécuritaires », sur le rapport que notre société entretient avec la maladie mentale et le soin. Cette perte du lien et du sens de l’humanité partagée se traduit ouvertement dans des orientations politiques – économiques – sociales. Elle se répercute sur un ensemble de choix gestionnaires qui viennent porter atteinte aux patients,  à leurs familles, ainsi qu’aux agents hospitaliers, quelles que soient leurs fonctions.
  • Des convictions et orientations à promouvoir et faire vivre pour reconquérir le terrain et affirmer le droit de faire entendre et valoir des valeurs et convictions soignantes, incarnées dans des recherches dont le travail autour de l’informel dans la relation soignante s’est fait l’écho.
  • Des perspectives de combats à mener pour continuer de défendre nos convictions et valeurs, en s’appuyant collectivement sur ce travail d’inventaire, d’analyse et de pensée.

Le champ des combats à mener et à soutenir collectivement est immense mais de nombreuses actions sont en cours (au Vinatier, à St Egrève, à St Jean de Dieu) et nous relevons la nécessité de les faire connaître plus largement.

D’ores et déjà, pour que la pensée continue de nourrir revendications, luttes et propositions ces journées ont permis de mettre en relief quatre axes de travail qui seront l’objet de rencontres et travaux ultérieurs :

  • S’interroger sur les métiers, les qualifications, les diplômes nécessaires pour remplir au mieux la mission soignante, et envisager les axes de formation indispensables pour accompagner cette professionnalisation,
  • Mettre en route une réflexion autour de cette injonction entre besoin de sécurité et virage tout sécuritaire,
  • S’interroger sur le vieillissement, sa prise en compte et en charge, particulièrement pour les malades handicapés de plus en plus « baladés » dans des parcours de soin chaotiques et de relégation.
  • Refonder la place de la psychiatrie dans le service public de santé.

le 20/04/2017, CGT St Cyr.

Mots-Clés : # # #
Imprimer cet article Télécharger cet article