Commentaire CGT du CHSCT du 23 Janvier 2018

A noter, l’absence regrettée du médecin du travail. Il est difficile d’imaginer que le CHSCT puisse fonctionner correctement en se passant de sa participation.

Deux points principaux sur lesquels nous souhaitons revenir aujourd’hui :

  • Bureau des entrées : on nous présente une nouvelle organisation pour favoriser la proximité avec les services de soin. L’expérimentation débuterait aux Calades en déplaçant un agent du BDE à l’entrée du bâtiment. Avec FO, nous avons voté POUR cet essai. Par contre, nous avons clairement dit, avec FO, que nous sommes totalement opposés à la surfacturation (y compris avec toutes les conditions et précautions qui sont supposées être prises) des chambres individuelles. En effet nous avons appris « par hasard » que depuis début janvier 2018 l’hôpital facture un supplément pour certaines chambres individuelles. (Dans les locaux récents). Le personnel n’en a jamais été informé, mais rassurez-vous, les patients et services de tutelle non plus ! Surprise du nouvel an ! La direction financière nous indique « … que ça se fait depuis longtemps dans le privé… et peut-on s’asseoir sans dommage sur 350 000 euros ? » à quoi nous réaffirmons : « le service public n’a pas à s’aligner sur le privé et peut-on s’asseoir sans dommage sur cette gangrène du privé qui pourrit le service public ? »

 

  • Formation Continue : un vrai festival de dénégation (ou de déni – parfois on hésite…) et de poudre aux yeux. Autant de tentatives pour minimiser la maltraitance institutionnelle qui a conduit à une mise en crise grave de la F.C. et à l’épuisement professionnel de la responsable actuellement en arrêt maladie. On nous vend un maintien factice de la qualité du service rendu par la FC, une promotion récente de la responsable – un mi-temps supplémentaire récemment obtenu. C’est oublier la visite CHSCT du 4 février 2014 où était déjà soulignée une surcharge de travail, et formulée un demande d’effectifs supplémentaires pour arriver à 3 ETP (Ce qui apparaît être la norme pour un établissement de notre taille). C’est à l’image de ce non-respect des agents rendu totalement évident par le mail du 11 Janvier 2018 que nous avons déjà dénoncé. La direction se positionnant constamment en victime d’agents indélicats et lâcheurs « contre toute attente » alors qu’elle aurait pris le plus grand soin d’eux. La ficelle est grosse et nous y reconnaissons toute l’excellence de nos directeurs pour exposer les agents aux Risques Psycho-sociaux.

St Cyr, le 30 janvier 2018.

Les commentaires sont fermés.